Belate – Gazteluzar 01/06/17

Merci à Emile et Maddalen, nos guides pour cette très belle rando!

 

Album d’ Alain

 


Belate (14)

                                                                     Album de B.

 

Pour en savoir plus sur ce château:

Résumé en français de l’article en « euskara » trouvé sur le site:  » Baztango Haizegoa »

« Les ruines d’un château fort couronne  la montagne du même nom “Gazteluzar” (château vieux). Sa construction actuelle date du XVIII.  Il fut construit probablement sur un site protohistorique. Vu du ciel le monument est formé de trois bâtiments dessinés en étoile à partir d’une tour centrale hexagonale. Les meurtrières sont plus adaptées au maniement des fusils qu’à celui des arcs. Une fosse a été creusée tout autour du château, plus semble-t-il, pour constituer une butte de défense surélevée et une protection pour les pièces d’artillerie.
Cette tour défendait le col de Belate, passage stratégique entre le versant cantabrique ouest et le versant sud vers les plateaux ibériques. Une solide chaussée permettaient l’acheminement des marchandises et le passage des pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle. »
D’ où vient ce nom “Gazteluzar, Gaztelu zahar, Gaztelumendi… etc? 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaztelu_zahar

 

Le texte suivant est rédigé à partir des  renseignements donnés par Maddalen V.
Les canons de Belate.
En 1512, le roi Jean d’Albret tenta de re-conquérir la Haute Navarre à la tête de 15 000 hommes parmi eux des partisans des Gramonts, des français et des mercenaires ou soldats de fortune. Plusieurs villes Navaraises se soulevèrent à leur passage.
Mais en une campagne éclair ils réussirent à assiéger Pampelune le 25  juillet. L’hiver suivant l’armée castillane se mit à l’oeuvre. Les franco-navarrais durent battre en retraite vers le Baztan.
Au passage, l’arrière garde des ‘navarrais’ fut rattrapée et battue par les troupes guipuzcoanes (Alliées des castillans!!) au Gaztelu de Belate. La bataille fit plus de 1000 morts et permit la prise de 12 pièces de canon. Ce fait d’arme est passé relativement inaperçu mais en il faut savoir qu’en récompense de la victoire, Le Guipuzcoa s’est vu autorisé  d’incorporer 12 canons dans son écusson (disparus depuis 1979).

 

Publicités